French (Fr)English (United Kingdom)

Articles de presse

Publié sur Le Matin Online (http://www.lematin.ch)

Le café à 2 francs, ça existe en Suisse

08. décembre 2011, 23h08

Le Matin

 

Le café à 2 francs, ça existe! Alors que le petit noir a passé pour la première fois la barre symbolique de 4 francs dans les établissements alémaniques, il tourne autour de 3 fr. 70 côté romand. Mais un pub de La Chaux-de-Fonds bat tous les records, avec un tarif qui étonne sa clientèle. On est loin des 5 fr. 30 pratiqués parfois à Zurich!

Café à 2 francs

© Au Dublin’s (ici les gérants Vincent Flück, à g., et Alain Schäfer), le café n’a pas changé de prix depuis bientôt quinze ans, même si les charges ont augmenté.


Le café à 2 francs, ça existe! Alors que le petit noir a passé pour la première fois la barre symbolique de 4 francs dans les établissements alémaniques, il tourne autour de 3 fr. 70 côté romand. Mais un pub de La Chaux-de-Fonds bat tous les records, avec un tarif qui étonne sa clientèle. On est loin des 5 fr. 30 pratiqués parfois à Zurich!

«Deux francs? Comment ça se fait? Vous vous êtes trompée mademoiselle…», lance René Aerni à la sommelière du pub Dublin’s. Ce retraité du Locle a 74 ans, mais il ne se souvient pas d’un café meilleur marché que 2 fr. 20. Son espresso, il le trouve «très bon». Normal: il est tiré à la machine, avec un café torréfié à La Chaux-de-Fonds.

Comment les gérants du pub font-ils pour proposer un café à 2 fr. du matin au soir depuis 14 ans? «Nous réalisons notre marge sur la quantité», répondent Vincent Flück et Alain Schäfer. Ces tenanciers ne tirent aucun bénéfice sur les 120 cafés servis quotidiennement, mais cette boisson ne représente que 7% du chiffre d’affaires.

Le thé aussi est à 2 francs, et la bière est à 2 fr. 90 les 2,5 dl. Savent-ils calculer un seuil de rentabilité? «Je l’ai appris aux cours de cafetiers! Il faut savoir que certains produits sont plus rentables que d’autres», répond Vincent Flück. Ce n’est ni en s’approvisionnant chez des discounters, ni en rognant sur les salaires que le pub fonctionne: «Nous utilisons des produits de marque et nous appliquons la convention collective», précisent les gérants.

 

Deuxième tournée

Des cafés bradés, c’est une politique déconseillée par la corporation: «Ce qui vaut pour un pub est carrément suicidaire pour un bar à café, qui vit avec ce produit», estime Benoist Vaucher, président de la commission du tourisme de Gastroneuchâtel. Mais Vincent Flück et Alain Schäfer sont des frondeurs: «Nous voulons rendre service à la clientèle, pas à la profession.»

Le café à 2 francs a ses habitués: «Un retraité n’en prend qu’un, mais des ouvriers paient facilement une deuxième tournée», remarquent les gérants. Vendredi passé, deux dames genevoises ont posé chacune une thune sur le comptoir en invitant la sommelière à garder la monnaie: «Quand j’ai précisé le prix du café, elles ont tout de même laissé la différence en pourboire», sourit Mirella Grandjean.

Dans l’arc jurassien, le sondage effectué par Gastroconsult n’a pas encore livré ses résultats, mais son directeur Jean-Louis Donzé sait que le café a légèrement augmenté, avec une TVA et des charges sociales en hausse. L’an dernier, le prix médian était de 3 fr. 20 à Neuchâtel, 3 fr. 30 dans le Jura bernois et 3 fr. 40 dans le Jura.

 

 


 

Publié sur L'impartial (http://www.limpartial.ch)

Noël dans tous les sens

des 5 sens au sens de l 'humour

19. décembre 2011

L'Impartial

L'Impartial

URL source : http://www.vivrelachaux-de-fonds.ch/site/images/stories/vlcf_prog_LD.pdf